Vous allez vous questionner sur le titre de cet article. Qu'est ce qu'il va nous raconter, le Michel, sous un titre qui ne semble rien à voir avec Notre MARRAKECH.
 
Patience : Voici un préambule....
 
Vous avez sûrement tous vécu ce genre de désagrément. Un déménagement qui égare des papiers, des cartons de photos, des Bugs informatique qui font que votre PC ne fonctionne plus et que vous perdez une liste de contacts, des adresses d'amis que vous avez omis de noter sur le papier que vous avez perdu dans le déménagement sus cité...
Vous vous promettez de rechercher rapidement à reconstituer votre carnet d'adresses mais, le temps passe, les jours se remplacent à grande vitesse et vos amis qui, EUX, ont votre adresse ont aussi subi un problème informatique, un déménagement, une séparation, la venue de plusieurs enfants quileur bouffent le temps et surtout qui oublient de vous envoyer un courriel.
Ce n'est pas une recherche d'excuse, mais c'est ce qui m'est arrivé au cours des années passées.
Retour en arrière:
J'ai quitté Marrakech en juillet 1965, pour rejoindre la France et y retrouver un ami connu en 1964 dans les rues de cette belle ville qui nous a vu grandir. Oui, en 1964, avec ma guitare, mes cheveux que j'arrivais à garder un peu plus long que ce que mon père autorisait, mes amis, mes petites amies, mes copains de classe, mes partenaires de Rugby, les membres de notre petit orchestre,.....Oui c'est en 1964 que j'ai fait connaissance d'un beau gosse venu de France pour découvrir la grâce terrestre qu'était le MARRAKECH de ces années là. Il s'appelait Jacques... Jacques DEGENNE. Il dessinait tout ce qu'il voyait, faisait des tas de croquis, venait s'asseoir à la terrasse de la renaissance et son âme d'artiste m'avait donné envie de mieux le connaître...
 
Il a fait son année 1964-65 dans une ambiance qu'il faudrait que je vous raconte.. Mais ça on verra un peu plus tard...
 
Moi je suis parti à CASABLANCA, faire une dernière année d'étude et passer un Bac Technique Mathématique....Nous nous sommes retrouvés, Jacques et moi, lors de mes venues, en fin de semaine, chez mes parents. Ayant fait leur connaissance, il avait offert à ma maman un tableau qui se trouve certainement encore dans leur maison du Jura....
 
Il devait rentrer en France, moi je voulais y aller, pour découvrir Ma Mère Patrie et y faire mon service militaire....Nous nous sommes donnés rendez vous à Bordeaux où Jacques avait déposé, chez sa soeur, tout ce qu'il avait rapporté du Maroc. 
 
Suite d'un retour en arrière
Comment JACQUES est il rentré en France, je lui laisses la place pour vous le raconter.
 
Ma décison de rentrer en France est liée au doute qu'avait instillée dans ma tête, un peintre autrichien en vacances à la Mamounia sur la qualité de mon talent d'artiste.
Mon voyage et surtout la traverée de l'Espagne a été facilité par un amour du moment, une belle infirmière de l'Hopital de MARRAKECH qui partair à LILLE voir sa soeur.
 
Moi j'ai fait une partie du voyage en train, jusqu'à MADRID puis en stop, avec une jeune et jolie française (j'avais 19 ans et toutes les jeunes femmes m'étaient jolies) qui conduisait une décapotable et qui n'était pas rassurée de voyager seule sur les routes espagnoles. Nous avons donc cheminé de concert en trois étapes et deux nuits jusqu'à Bordeaux.
 
Nous nous sommes retrouvés Jacques et Moi et peu argentés nous avons décidé d'aller sur le bassin d'arcachon pour tenter d'y gagner un peu d'argent. A Andernos nous avons dormi sur la plage, faisant de la musique pour les touristes (féminines) qui passaient. Jacques dessinait à la craie sur les trottoirs et je massacrais quelques chansons d'Hugues Aufray sur ma 12 cordes...
 
Comment Jacques a t-il eu le renseignement, je ne le sais plus. Toujours est il qu'il a su que le camp de vacances de Montalivet qui ne s'appelait pas encore CLUB MED, mais je crois "Village de France" cherchait des saisonniers. Vu notre dégaine d'artistes soixantehuitards avant la lettre, nous avons été engagé tout de suite....Jacques a tout de suite pris la responsabilité de la fabrication  des décors du club et moi, je suis passé de responsable d'un ilôt de tentes et de bungalows (c'est à dire, veiller à ce que les vacanciers aient tout ce dont ils avaient besoin), à employé à la cuisine où nous préparions des centaines de repas servis en plats de 8 personnes et quelques soirées où j'ai assuré l'animation. Entre temps, Jacques faisait dans la journée des décors pour les différentes activités du soir ou de l'après midi : pétanque, volley ball, etc, etc.... comme dans un club de vacances quoi!
 
Nous avons tout les deux fait connaissance de deux belles, intelligentes, sensuelles et sympathiques "Gentilles Organisatrices", prénommées toutes deux ALINE. Au bout d'un mois et demi, j'ai quitté le club avec "mon Aline" et nous avons passé quelques jours à BORDEAUX, dans son studio.
 
Jacques lui a continué sa route avec son Aline avec qui il vit encore aujourd'hui dans le sud de la France et que j'ai été pleinement heureux de retrouver au téléphone....
Retrouvailles
Et oui, vous avez bien lu : Retrouvailles. En faisant du rangement dans plusieurs porte documents retrouvés au fond d'une armoire, je suis tombé sur un petit carnet d'adresses. Le vieux carnet retrouvé du titre.
En le feuilletant, je vois une adresse E.Mail enregistrée sous ALINE....
"Bon et ben on va tenter d'envoyer un mail à cette adresse" me suis je dit. Aussitôt dit aussitôt fait, la réponse est arrivée très rapidement.
Merci pour ce message, mais ma mémoire est déficiente. Pourriez-vous (ou tu!) me dire de qui exactement vient ce mail si aimable?
Merci de nous répondre. Jacques et Aline".
 
J'étais donc sur que c'étaient bien eux, mes amis de 1965....
Téléphone, courriel, re téléphone et nous avons retracer un parcours de vacances qui datait de 48 ans. Avec un plaisir immense, vous vous en doutez, vous amis qui comme moi avez cherché les vôtres par l'intermédiaire du Blog.
Jacques m'a raconté son parcours et surtout ma redonné en détails son année à Marrakech.
"Tu sais, Michel, j'ai même écrit un petit livre retraçant mon séjour au Maroc et il est illustré par des croquis, des dessins de là bas".
" Oh Jacques se serait bien si je pouvais en parler sur le Blog.."
 
"Et bien je vais te l'envoyer et tu en feras ce que tu veux!"
 
Quelques jours après, un colis arrivait en Allemagne avec un livre, "MARRAKECH ou la grâce terrestre" , des reproductions de ses tableaux d'alors et de la documentation...
J'ai pris le temps de tout scanner, recadrer, et en préparer l'édition que je vous fait aujourd'hui.
 
Ce n'est pas un SCHKOUN quelque chose, ni un MAN ANA, ni non plus un WER BIN ICH ? mais quelques pages qui rappellerons bien des souvenirs à vous mes amis , amoureux de Marrakech et que nous offre Jacques DEGENNE.

deg04

 

 

deg08

 

 

page01bis

page02bis

 

deg03

page03bis

page04bis

page05bis

deg01

page06bis

page07bis

page08bis

page7ter

page07terbis

deg06

page09bis

page10bis

deg02

page11bis

page12bis

deg07

Pour ceux d'entres vous qui l'aurai connu dans ces années à Marrakech, j'ai une photo de l'artiste qui était mon ami que je viens de retrouver et qui le restera.

jacques degenne


Je le remercie ici, de nous avoir fait partager, son récit et ses oeuvres.

Tout ce qui nous ramène au Marrakech de nos jeunes années est pour moi un plaisir à éditer et à vous faire partager.

Je tiens à m'excuser auprès de notre "autre ami JACQUES". J'ai interrompu le récit de son MAN ANA, mais je reviendrais la semaine prochaine pour vous offrir la suite.

Le temps semble commencer à s'améliorer et nous pouvons peut être compter sur deux trois jours de beau temps. C'est en tout cas ce que je nous souhaite.

Bonne santé à tous, votre toujours MICHEL